IMG_0773.jpg

Démarche artistique

Enfant, j’ai refusé de toute ma colère qu’on essaye de me faire croire que l’être humain ne vaut rien. Ce refus radical du nihilisme et du cynisme a définitivement enraciné ma foi en la beauté et en la dignité humaine. La quête du beau n’est pas ringarde. Et la vie vaut la peine d’être vécue. Quel langage et quelle expérience scéniques proposer pour vous toucher à l’essentiel et nourrir cette conviction en vous aussi? Comment ré-enchanter notre rapport au vivant? Quel sens privilégier? Cette quête détermine tout mon cheminement artistique.

À la recherche d’un investissement scénique total, ma démarche se fonde ainsi sur un entraînement profond du corps et de l’esprit, dont la voix - synthèse de notre être - constitue mon lieu d’exploration privilégié. Mon but : atteindre la sobriété et la profondeur d’une présence qui se suffise à elle-même ; où être un corps humain devient le lieu d’une expérience de transcendance intime et collective : un ré-enchantement du monde, horizontal et sans dieu.

C’est ainsi que je creuse la question de la résonance en lien avec notre expérience contemporaine du sacré. De cette recherche émergent des créations pluridisciplinaires qui visent à impliquer l’intimité du public et à questionner nos habitudes de perception afin de faciliter un état d’ouverture collective vers l’insaisissable. Je conçois l’expérience esthétique comme un rituel transformatif : sentir autrement pour penser autrement.

J’investis donc la limite : l’espace limitrophe où les cultures, les traditions, les pratiques et les êtres se touchent et se distinguent, mais aussi l'espace liminal de nos perceptions quotidiennes. Cette fascination se révèle dans les sujets qui me mobilisent : la crise de la confiance et la quête d’une métaphysique acoustique dans Les Niños – Chant 1 ; l’odorat, le toucher et la relation que nous instaurons avec nos mort.e.s dans Les Niños – Chant 2 ; la puissance transcendante du rire et de la joie dans Les Rigoles ; le miracle du quotidien et le déploiement exponentiel du ralentissement et de la rémanence dans Silencio(s)

​Résolument optimiste, mon travail aspire à renouer avec la vie large, celle que l’on écoute de tout son corps et qui intègre ce mystère qui, dès qu’il traverse l’humain, s’appelle Poésie.

Photo: M.D.L Photography